Les réseaux sociaux dans notre quotidien et à l’école

L’arrivée du numérique a complètement bouleversé nos sociétés ainsi que nos pratiques autour de l’information. L’essor des médias sociaux au début des années 2000 a modifié notre mode de vie avec de nouvelles pratiques sur de nouveaux supports, tels que les ordinateurs. Les réseaux sociaux constituent une branche des médias sociaux qui représentent, selon Frédéric Cavazza, professionnel des métiers de l’internet, « un ensemble de services permettant de développer les conversations et interactions sociales sur internet ou en situation de mobilité ». Les réseaux sociaux font désormais partie intégrante de notre quotidien.

les-10-plus-grands-reseaux-sociaux-au-monde-se-devoilent-en-chiffres-et-en-statistiques-UNE

Les réseaux sociaux, un phénomène à la mode ?

Qu’est-ce qu’un blog ?

Selon Linternaute, un réseau social est un « site internet qui permet aux internautes de se créer une page personnelle afin de partager et d’échanger des informations, des photos ou des vidéos avec leur communauté d’amis et leur réseau de connaissances ». Ce sont, en d’autres termes, des sites de mise en relation permettant l’échange virtuel entre plusieurs individus n’importe quand et n’importe où.

Les différents types de réseaux sociaux

La vidéo que vous trouverez ci-dessous, issue d’un travail collaboratif de l’agence 2FACTORY, explique parfaitement les usages des réseaux sociaux et surtout les plus utilisés, qu’ils soient à usage professionnel ou personnel.

 

Les réseaux sociaux dans le quotidien

Ceux qui utilisent le plus ces outils sont les adolescents, appelés les Digital Natives (natifs du numérique) ou encore la génération Z. Ils sont nés avec le numérique et le maîtrisent mieux que les générations d’au-dessus.

D’après une étude de l’Ipsos, institut de sondage français, 78% des adolescents de 13 – 19 ans seraient inscrits sur Facebook, 25% sur Twitter, 14% sur Instagram. Ils ajoutent que le nombre d’inscrits diminue sur Facebook (85%  en 2013) alors qu’il augmente du côté de Twitter (8% en 2013) et Instagram (7% en 2013).

Selon l’Insee, en 2012 40% des résidents français ont déjà surfé sur internet, en dehors de chez eux, avec divers supports comme des ordinateurs portables (connexion wi-fi) ou des téléphones portables (3G) alors qu’ils n’étaient que 10% en 2007. Ces modifications dans notre quotidien est également lié à l’utilisation des réseaux sociaux accessibles de n’importe où par le biais des supports cités plus hauts.

Est-ce que les réseaux sociaux vont laisser place à d’autres sites plus interactifs encore, avec de nouvelles fonctionnalités qui remplaceront nos réseaux sociaux actuels qui ont eux-mêmes remplacé les chats et MSN ?

Y a-t-il un intérêt pour l’élève et le professeur à faire entrer les réseaux sociaux dans l’enseignement ?

Quel intérêt pour les élèves ?

Aujourd’hui tous les jeunes font partie de la génération Y ou Z. Ces deux générations sont nées et ont grandis avec le numérique. Ainsi, ces nouvelles technologies et ces nouveaux outils font partie intégrante de leur quotidien, les adolescents sont hyperconnectés et il s’agit de faire évoluer l’éducation au même rythme que les sociétés.

L’utilisation des réseaux sociaux dans l’enseignement permettrait d’attirer davantage l’attention des élèves. En effet, les adolescents passent la moitié de leur temps sur les réseaux sociaux, ce qui voudrait dire que les informations transmises seraient plus régulièrement visualisées sur ces réseaux que par exemple sur les Espaces numériques de travail. On peut constater que les élèves ne vont que très rarement consulter les ENT de leur plein gré.

De plus, on sait que les adolescents maîtrisent ces outils mieux que les anciennes générations et c’est pour cette raison qu’il pourrait être pertinent de faire des élèves des acteurs et des diffuseurs d’information  à travers une page créée en classe par exemple. S’ils animent le compte, ils se sentiront plus concernés par l’enseignement et nous pourrons ainsi constater une meilleure réussite. Il faut également savoir que l’utilisation des réseaux sociaux participent à la maîtrise des outils multimédia et de l’internet, principe même de la certification au B2i. Durant leur scolarité et depuis que le numérique s’est imposée dans notre société, les élèves doivent être sensibilisés à un usage responsable des technologies de l’information et de la communication.

Et pour les enseignants  ?

Mettre en place des enseignements avec une pratique des réseaux sociaux est une question très importante et qui divise. Nous avons d’un côté les enseignants contre cette idée d’inciter les élèves à utiliser des réseaux sociaux où la vie privée est dévoilée au monde entier et nous avons d’un autre côté les enseignants qui trouvent des avantages quant à l’intégration des réseaux sociaux dans leur façon d’enseigner. Il est donc principalement question de protection de la vie privée, alors nous pouvons nous demander : Vaut-il mieux protéger en isolant ou protéger en éduquant ?

Utiliser les réseaux sociaux en classe est un concept innovant mais surtout révélateur de l’évolution des sociétés. La culture informationnelle passe aujourd’hui par les réseaux sociaux où de plus en plus d’applications permettent de suivre la vie privée de ses amis mais également de suivre les actualités puisque même les journaux se sont numérisés et accessibles sur ces réseaux sociaux. De ce fait, nous pouvons affirmer que les élèves peuvent également se construire une culture informationnelle à travers ces réseaux. L’image négative des début de la création de ces réseaux restent encore présente dans les établissements scolaires mais nous pouvons également constater une évolution des mentalités puisque les enseignants et les institutions commencent à les adopter et à fournir des documents informationnels sur l’utilisation de ces outils internet et de ses risques. Pourtant, aujourd’hui de nombreux moyens de confidentialité et de sécurité sont mis en œuvre pour permettre à l’enseignant de maîtriser ces outils et de gérer les flux d’information en étant le modérateur des pages créées.

Le CNIL offre par exemple un large choix de fiches méthodologiques à destination des professeurs sur les usages d’internet et des réseaux sociaux en classe. Ces dispositifs montrent bien la volonté des institutions à faire évoluer la manière d’enseigner pour se rapprocher au maximum des pratiques régulières des jeunes. Ainsi, les enseignants deviennent des professionnels de l’information et de la communication en sensibilisant leurs élèves à ces pratiques et aux dangers.

Une e-formation est également proposée aux enseignants pour les sensibiliser à un usage responsable pour qu’ils puissent ensuite transmettre les pratiques à leurs élèves.

Le professeur documentaliste, il sert à quoi ?

Le professeur documentaliste est une fois de plus placé au premier plan dans ces utilisations puisqu’il est le professionnel de l’information et de la communication dans l’établissement scolaire. Il est celui qui sensibilise les élèves sur les usages, abusifs ou non, des médias sociaux, du réseautage et de la navigation sur internet en général. Dans son centre de documentation et d’information, plusieurs postes informatiques sont à la dispositions des usagers, ce qui implique également des règles pour une utilisation responsable.

Le professeur documentaliste peut trouver un grand intérêt dans l’utilisation d’un ou plusieurs réseaux sociaux pour faire connaître son centre. L’utilisation d’E-sidoc est une manière de mettre en avant le CDI, annoncer les nouveautés reçues ou encore présenter les activités au sein du centre. Néanmoins, il reste très peu visité par les élèves qui préfèrent, souvent, rester sur les à priori. Une page Facebook serait une manière originale et pertinente de faire vivre le lieu du CDI. Le problème est qu’il faut que les élèves « likent » la page dédiée au CDI pour qu’ils puissent avoir accès aux informations. Ceci reste une difficulté et les professeurs documentalistes doivent trouver une solution pour attirer les élèves à aimer la page et à la suivre.

Conclusion :

Pour conclure, l’utilisation des réseaux sociaux peut être une idée très originale pour enseigner de manière ludique. Les élèves en décrochage scolaire peuvent y trouver un intérêt plus pertinent qu’un enseignement oral « classique ». Les enseignants sont quant à eux accompagnés depuis l’arrivée du numérique pour introduire ces pratiques dans leurs manières d’animer une classe.

Même si certains restent perplexes, c’est une réalité qu’il faut affronter et accepter : le numérique ne fera que s’imposer davantage au fil des années, avec de nouveaux moyens qui nous dépasseront probablement. Il faut savoir vivre avec son temps et accepter les changements.

Pour les professeurs documentalistes, ces nouveaux outils, ces usages ne sont que le fruit de leurs études et de leur travail et nous pouvons alors penser qu’ils sont davantage reconnus comme des professionnels de l’information et de la communication. Il est possible également qu’ils soient reconnus comme les aptes à enseigner ces techniques aux élèves.

Pour les plus perplexes, un site québecois, « Une porte grande ouverte », a été créé pour les parents et les enseignants afin de les aider à sensibiliser l’enfant/adolescent dans sa pratique d’internet et donc des réseaux sociaux. Vous pouvez également aller voir l’article sur l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux chez les jeunes.

Sources :

Définitions,

 

Réseaux sociaux,

 

Pour aller plus loin,

Publicités